État d’une communauté scientifique

En soi, la circonstance est banale. Deux profs qui rédigent une problématique pour un dossier de revue. Publication de la problématique sur un site d’actualités de la recherche pour recueillir quelques propositions d’articles complémentaires, en plus des gens sollicités directement.

On s’attend à quelques réponses, parmi lesquelles plusieurs se révéleraient plus ou moins intéressantes, d’autres qui correspondraient aux attentes. Lors de certains de ces appels, la récolte est même parfois nulle : soit la problématique est trop pointue, soit les spécialistes de la question ne sont pas disponibles, soit il s’agit d’une simple question de hasard. Bref, un exercice rarement trépidant et accaparant.

Mais là ? 44 propositions…! Évidemment, il n’est jamais trop difficile de soumettre une proposition (par comparaison avec la soumission d’un article entier). Le phénomène reste toutefois hors proportion. Afin de pousser un peu plus loin l’analyse, quelques observations d’emblée :

  • Beaucoup d’envois à la dernière seconde (plus de la moitié des propositions sont entrées dans les 3 jours avant la date de clôture de l’appel). Il faut dire que la date était juste avant les rentrées universitaires, moment où on trouve l’énergie de nouveaux projets.
  • La moitié des proposeurs sont des doctorants, les autres généralement postdocts, en poste temporaire ou en début de carrière.
  • Le corpus visé était la littérature française et les littératures francophones. Il apparaît dès lors étonnant qu’à peine le quart des propositions viennent de chercheurs français (considérant par ailleurs le large bassin de profs et d’étudiants de l’Hexagone et le lectorat principalement français du site Fabula).
  • Les autres provenances des proposeurs : Maghreb, Europe, Québec, États-Unis.
  • Autres observations éparses : un tiers sont des hommes ; les propositions sont transmises à 95% dans un document Word ; les corpus proposés étaient assez peu redondants.

Quelques hypothèses ensuite :

  • La problématique est diablement intéressante. On peut le voir sous deux angles : elle répond à un besoin mal canalisé d’examen de la question retenue (une sorte de thématique-en-émergence) ; elle est franchement formulée trop évasivement et fait en sorte que tout le monde trouve quelque chose à proposer, peu importe ses allégeances critiques.
  • La revue (L’esprit créateur, revue américaine) attire les foules. Il peut s’agir de sa réputation : revue existant depuis des années, empan large (littérature française et francophone), publication papier (héhé, sans commentaire). Son ex-centricité peut aussi l’expliquer : ce n’est pas une revue française, donc variation des lieux de publication, mais aussi potentiellement la chance de se faire connaître en dehors du réseau hexagonal — mais encore là : relativement peu de propositions provenant de la France.
  • Nous vivons une crise de légitimité du discours savant. Pourquoi des collègues senior n’ont-ils rien proposé ? Parce qu’ils ont d’autres chats à fouetter, qu’ils ont amplement de lieux où publier et d’invitations à le faire. Ou parce qu’ils n’ont pas besoin de le faire, parce que déjà bien en selle professionnellement (c’est le post-publish-or-perish). Et ça expliquerait que la large majorité des proposeurs sont en thèse, parce qu’ils ont besoin d’un dossier de publications pour espérer un poste. (Et explication corollaire : cette pratique étant moins répandue et compétitive en France, le nombre de proposeurs français est moins grand !?)

Ça dégonfle évidemment les belles illusions de la liberté et de la gratuité du savoir scientifique. Si on était encore bercé par ces illusions, ce n’est pas à raison d’avoir eu d’autres signaux d’une marchandisation du savoir… Néanmoins, il reste toujours quelque idéal en nous. C’est pourquoi on persiste, osé-je croire. C’est ce qui nous fait ouvrir nos portes au public dans des colloques. C’est ce qui nous incite à favoriser des publications en open access sur le web. C’est ce qui nous pousse à varier les formules, à faire et vouloir améliorer des outils collaboratifs, à chercher d’autres modes de diffusion et de collaboration. La réalité rude du marché du travail ne doit pas faire se refermer sur lui un processus professionnel au détriment d’une avancée dans la connaissance de la culture. La société a besoin de cette connaissance. Il faut persister, innover, s’ouvrir.

Share

Les limites de la socialité de la lecture

J’ai depuis longtemps des réserves sur l’idée que la lecture (et sa sauvegarde, en quelque sorte) doit passer par sa dimension sociale. Réticence intuitive, pas nécessairement lourdement argumentée, mais persistante. Je ne nie pas qu’il y ait une grande importance dans le fait de parler de nos lectures, de faire des recommandations (positives ou négatives) ; c’est là la dimension fondamentalement culturelle (au sens de ce que l’homme acquiert et transmet) du geste de la lecture. Ce sont ses incarnations technologiques qui me laissent perplexe (et parfois complètement froid). Larges ressources de recommandation (sites de commentaires à n’en plus finir), modules d’annotation des textes, mise en lien des lecteurs… Il me semble y avoir dans cette idée de la lecture sociale une bonne part du mythe de la communauté ouverte et égale, sans frontière et surtout sans problème lié à cette ouverture. Comme si la quantité, à partir d’un certain stade, était le garant de la qualité.

Je suis indubitablement influencé par ma position : dans le monde académique, l’un des premiers apprentissages que l’on tente de favoriser, c’est l’ouverture sur la diversité des lectures possibles, mais avec le rappel nécessaire que toutes les lectures ne se valent pas. Le compte rendu dans un journal n’a pas la même portée interprétative qu’un article de vingt-cinq pages ; l’un n’est pas plus mauvais que l’autre, en autant que l’on tienne compte du fait que ces deux textes n’ont pas la même visée (susciter l’intérêt / approfondir une piste de lecture). Leur comparaison suppose une bonne mise en contexte afin d’apprécier leur valeur propre.

L’idée de lecture sociale tend à couvrir un large spectre : du commentaire général sur un livre, de façon très globale, à une annotation fine du texte dans ses marges. S’agit-il vraiment du même geste, avec une portée similaire ? Il me semble que l’on tend ainsi à confondre la visée associée à la réaction d’un lecteur. D’une part, un commentaire d’accompagnement, qui se construit comme un discours sur, autonome de son objet. C’est le registre des Goodreads et autres Babelio. (Christian Liboiron fait un petit inventaire des sites sociaux autour du livre ; les caractéristiques attendues avaient été annoncées plus tôt). Pas ma tasse de thé, mais je peux comprendre l’intérêt pour d’autres. D’autre part, l’adjonction, en marge d’un texte que l’on lit, des commentaires de tous les lecteurs du monde qui voudraient annoter telle phrase, telle image, telle idée. Il s’agit d’un discours avec, qui ne peut être lu en-dehors de son lieu de rattachement (habituellement), car le référent est pointu et circonstanciel. La lecture, inévitablement, sautille entre le texte et son paratexte.

Nicolas Langelier fait justement écho à l’envahissement de la lecture, que ce soit en raison de la dimension augmentée du livre (ajout de vidéos, de fonctionnalités…) ou de sa dimension connectée (lien aux réseaux sociaux). Cet écho se présente sous l’angle de la nécessité de la concentration, du silence, du recueillement, en quelque sorte. (Dommage que la défense de telle position ait toujours l’air un peu anti-technologique — dans son cas, quel contre-sens!) C’est pourtant un récent article de Bob Stein qui m’a d’abord ramené ce questionnement en tête. Il y évalue la portée d’un petit texte antérieur, où il tentait d’élaborer une « taxonomy of social reading ». Constat : même si sa proposition s’inscrivait dans CommentPress (qui permet l’annotation de chacun des paragraphes d’un texte de façon étonnamment aisée), peu se sont prévalu de cette occasion de s’exprimer. Son argumentaire m’a un peu dérangé :

The resistance to public commenting isn’t surprising; it’s just not yet part of our culture. Intellectuals are understandably resistant to exposing half-baked thoughts and many of them earn their living by writing in one form or another, which makes the idea of public commenting a threat to their livelihood. [I’ve long proposed the inverse law of commenting on the open web — the more you’d like to read someone’s comments on a text, the less likely they are to participate in an open forum.]

Changing cultural norms and practices is a long haul.

La cible est-elle la bonne ? S’agit-il d’un absolu qu’il faut atteindre ? Oui, évidemment, l’expression libre de tout un chacun est une visée démocratique, qui ouvre au dialogue, etc. Mais considérant le haut babillage médiatique qui nous entoure, la véritable question n’est-elle celle du balisage du dialogue ? Échanger, c’est parler, bien sûr, mais parler en fonction d’un interlocuteur. En fonction d’un contexte. En fonction de qui peut écouter et éventuellement intervenir. Difficiles paramètres dans une conversation ouverte sur le monde…

Même réflexion pour les annotations d’un livre. Quel gain y a-t-il à patauger dans une possible marée d’annotations, où le texte finit par se trouver submergé par les ah et les oh d’autant de badauds du livre ? C’est la pertinence, la lisibilité de ces marginalia qui sont en cause. Difficile de prévoir qui lira quoi, comment il le lira… Plus encore : les commentaires que je laisserai à l’intention de l’un de mes proches, dont je connais le métier, les intérêts, les lectures, ils seront infiniment différents d’un commentaire général à l’attention de je-ne-sais-qui qui pourra le lire en marge de son epub à l’autre bout de la terre.

Il y a des limites à la socialité totalement ouverte. Des communautés interprétatives balisent nos lectures (Stanley Fish à l’appui). Même dans des sites ouverts qui accueillent des commentaires de lecteurs, des affinités se développent entre membres, recréant de la sorte des communautés ad hoc. Certains chercheront des recommandations larges (comme on veut savoir si un film en vaut la peine avant de se déplacer). Mais plusieurs finiront par établir des liens de confiance avec certains commentateurs — leur attribuant, sur la base de la lecture de commentaires antérieurs, une relative crédibilité, en fonction de leurs critères propres (proximité des intérêts, évaluation de la pertinence des arguments avancés ou de l’objectivité apparente des commentaires).

Qu’en est-il du constat de Bob Stein ? Qu’il n’y a pas de communauté établie autour de if:book ? Possible. Mais c’est surtout qu’il paraît se méprendre sur le phénomène à l’œuvre dans le cas qu’il observe. Ce n’est pas une question de dilution de la matière grise des intellectuels qui est ici en cause, ni même de normes culturelles contradictoires avec cette ouverture sur le web (même si ça joue, oui, on ne peut le contester). L’absolu de l’ouverture, de la socialité neutre (sans préjugés, sans classes, sans contexte restrictif) rencontre ici son Waterloo. L’échelle est trop grande, les balises du dialogue sont faiblement déterminées, l’échange ne vise pas un spectre d’interlocuteurs suffisamment clair. (C’est sans compter l’hypothèse que l’énoncé peut être fortement consensuel, d’où l’absence de rétroaction…)

Qu’en est-il des annotations en marge des textes numériques ? Je ne veux pas les voir. À tout le moins, sur demande, je pourrai consulter celles d’un proche, d’un collègue — mais ce sera plutôt par curiosité que par intérêt. Tout comme on reluque les notes laissées à la main dans un livre emprunté dans une bibliothèque. C’est une fonctionnalité foncièrement pédagogique, qui nécessite ce contexte pour lui donner sa pertinence. Rien n’empêche la discussion autour d’un texte, de passages spécifiques ; il faut toutefois en établir les balises de pertinence. Je vois bien un site qui s’intéresserait à une question donnée (l’étude de la figure de l’écrivain dans le roman contemporain, par exemple). Mais le cheminement doit se faire dans l’autre sens : depuis le discours sur vers le discours avec… l’outil doit nous conduire du propos des lecteurs vers le texte et non l’inverse. Sinon ce ne sera toujours que babils et Babel.

(photo : « Marginalia », margolove, licence CC)

Share

Veille de la culture numérique : des pour, des contre

L’ambition d’étudier la culture numérique est à la fois démesurée et nécessaire. Tentaculaire, la culture numérique vient rejoindre des dimensions multiples des pratiques artistiques et culturelles d’aujourd’hui, qu’elles soient totalement ancrées dans le champ numérique ou seulement en marge.

Comment dès lors contribuer à cette saisie ? Les regroupements scientifiques, les chercheurs de tous ordres et les observateurs de la culture s’y plongent, avec une frilosité ou un inconfort très variables. Leur prise en charge de ces réalités sera rapide / documentée / cadrée / approfondie en fonction de leur posture, en fonction également des moyens et perspectives disponibles (quels cadres conceptuels nous aident à rendre compte de la culture numérique ? peut-on étudier les pratiques numériques sans s’engager massivement dans les bouleversements indus par le recours à la technologie ? etc.).

La porte d’entrée consiste néanmoins à faire état du champ lui-même : qui, quoi, comment (étudier la culture numérique) ? Il paraît important, pour soutenir le développement du champ d’étude, d’opérer une veille. À titre de déblayage, quelques pour et contre l’idée d’un carnet de veille de la culture numérique :

Pour :

  • identifier les intervenants actuels du champ, éventuellement les mettre en réseau ;
  • faire connaître des travaux récemment disponibles (articles, dossiers de revue, thèses, monographies, outils) ;
  • publiciser des événements (conférences, camps, colloques, rencontres) ;
  • démontrer la masse critique de travaux dans le champ et légitimer l’objet d’étude ;
  • favoriser une distance critique permettant une étude plus objective, moins ancrée dans les mouvements infléchis par les effets de mode technologiques (nouveaux appareils, nouvelles fonctions, popularité contextuelle de modes de transmission ou de modalités de mise en réseau) ;

Contre :

  • se mettre en position passive par rapport au champ ;
  • perpétuer le décalage souvent reproché au monde académique en regard des pratiques actuelles ;
  • créer un ensemble indéterminé de manifestations, références, objets… qui ne donne pas une idée claire des lignes de force du champ ;
  • être trop en phase avec la seule actualité des travaux ;
  • avoir une perspective trop restreinte sur ce que désigne l’expression « culture numérique » ;

Alors, ces objections sont-elles fondées ? (et susceptibles d’éteindre ce projet ?) Quelques réponses possibles :

Contre-contre :

  • passivité et décalage : un carnet de veille peut recenser passivement les traces de ce champ d’étude, mais il peut également contribuer à ce dernier par des articles de synthèse, par des regards critiques (forme d’éditoriaux, de coups de gueule, d’analyses), voire des contenus inédits publiés par cette voie ;
  • ensemble indéterminé : il paraît important de tenter, dès l’étape de la veille, de saisir comment se développent la culture numérique elle-même autant que le champ d’étude qui la chapeaute ; une diversité de collaborateurs peut d’emblée offrir des visions complémentaires, par un outil qui répercutera ces sous-ensembles, ces cristallisations possiblement nouvelles en regard des silos disciplinaires actuellement connus ;
  • actualité : les regards critiques, autant que les archives du carnet et les intuitions des collaborateurs, permettent de ne pas rester en seule perspective testimoniale ;
  • perspective restreinte : chaque individu a ses zones de confort et d’intérêt ; si l’on multiplie le nombre de ces individus, on en arrive à une vision plus complexe et nécessairement plus étoffée du champ.

Œuvre collective, ouverte à une perspective critique, à de possibles contradictions internes, à une évolution de l’objet mis en veille : définition pragmatique de ce carnet. Reste à accoucher.

(photo : « Digital Basquort », kygp, licence CC)

Share

Fabrique du numérique : les thématiques martyres

flèche

La fabrique du numérique sera l’occasion de rassembler des gens d’horizons très divers, mais tous mus par le désir de participer à la construction du champ du livre numérique. Afin de rendre possibles ces rencontres et ces échanges, nous souhaitons orienter la journée vers le partage d’expériences de terrain et l’action, vers une réflexion sur le développement de l’édition numérique générale et scientifique. La mise en commun d’idées et de scénarios de collaboration sera ainsi au centre de la journée.

Des ateliers constitueront l’activité principale de la journée. Nous avons tenté de faire la synthèse de vos interrogations, en établissant des ponts entre édition générale et édition scientifique. Afin de valider les orientations de ces ateliers, nous plaçons les énoncés thématiques sur une page web ; nous vous invitons à commenter ces énoncés, qui sont des textes-martyres, à en proposer des recadrages ou précisions, à identifier des points aveugles dans ce panorama thématique. Votre participation est nécessaire pour faire en sorte que cette journée corresponde le mieux à vos besoins et à vos attentes !

=> //contemporain.info/fabrique2010

Share