Bookcamp Montréal, du coin de l’œil

Bizarre tout de même — je n’ai pas senti le devoir, ni le besoin, de faire un bilan du bookcamp auquel j’ai assisté à Montréal vendredi dernier. C’est Karl qui m’a remis en doute en relayant différents bilans sur twitter plus tôt aujourd’hui… et je m’y suis précipité pour les lire. D’autant plus étrange que l’exercice m’avait été important après la Fabrique du numérique, il y a 18 mois : importance de mon bilan et de celui des autres, aussi mitigés ou positifs étaient-ils.

Ma participation au bcmtl était spontanée et d’entrée de jeu intéressée : voir où on en est, prendre le pouls, rencontrer de nouveaux acteurs du milieu. Pourtant, j’ai constamment eu le sentiment d’être un témoin plutôt qu’un acteur. La formule le permettait (voire y incitait), certes. J’étais un des rares universitaires non bibliothécaires ou éditeurs à en être ; ça jouait également. Twitter donnait accès à un réel off-bookcamp : des commentaires, des coups de gueule, des ajouts par des personnes qui n’osaient intervenir, des discussions parallèles, l’ensemble était riche et complémentaire.

Pourquoi ne pas faire de bilan ? Parce que ça ne l’appelait pas. J’y allais pour discuter et entendre discuter, pour revoir de belles têtes intelligentes croisées à la Fabrique ou uniquement lues sur twitter. Il y a certainement des oh!, des ah! et des bof! à formuler (d’autres l’ont fait, je ne les recense pas). Il me reste l’énergie que plusieurs dégageaient, le sentiment que ça bouge.

Traîne aussi le sentiment d’une édition très orientée institutions et politiques — pas de Hadrien Gardeur pour venir parler du epub et d’Onyx comme au bookcamp de Paris il y a peu, pas d’éclatement de l’idée du livre pour rafraîchir un peu les perspectives (sinon cette évocation, pas heureuse selon moi, du texte comme perspective de rechange). On a trop peu posé la question de l’œuvre, comme le souhaite Marie Martel que je rejoins sur ce point (et d’autres !). Libre à moi/nous de le proposer vendredi dernier ? Oui bien sûr, mais… ça n’allait pas vers là. (Et pas de reproches aux organisateurs, vraiment.) Rien de sensible non plus du côté de l’édition scientifique, sur les nouveaux modèles discursifs, sur l’open access… (de quoi faire, oui, une Fab’ 2012-13-14…).

Je suis revenu satisfait mais encore affamé. Le champ est très large (il l’était, exponentiel, la veille au Forum @LON du CALQ). Le moment est venu, me semble-t-il, d’emprunter des voies plus spécifiques — sans reconduire des silos, plutôt suivre des chemins de traverse, tirer des fils de trame, fabriquer du numérique avec des gens qui ne s’en rassasient pas et qui ne mangent pas tous le même menu. Repiquer cette complémentarité palpable vendredi dernier et la multiplier, mais dans un cadre plus singulier, plus appliqué.

Des idées ? Inventer un mode de référencement à l’intérieur des textes (réinvention du rôle tenu par la page, à partir du epub3 ?). Moduler l’idée d’œuvre pour l’inscrire dans les logiques bibliothéconomiques. Construire notre patrimoine littéraire québécois en version numérique. Donner des outils aux scientifiques pour écrire autrement, pour diffuser plus efficacement. Aider les éditeurs à réinvestir les œuvres sous droits mais qui ne sont plus exploitées en papier. Agréger de façon personnalisable et intuitive les contenus littéraires numériques et les discours qui les reçoivent. Repenser le prêt en bibliothèque depuis des plateformes de streaming. Élaborer des vitrines communes aux créateurs numériques.

Des chantiers nous attendent. Attaquons-nous à eux un à un…

 

Share

La fabrique du numérique 2010

mash2À Québec, le 26 février 2010, tenue d’une journée en  formule bookcamp :

« La fabrique du numérique. Édition littéraire et scientifique »

Avec moi : Éric Duchemin (revue VertigO, prof. associé UQAM) et Clément Laberge (De Marque), pour coordonner l’événement.

*    *    *

L’idée précise a jailli quelque part au début de l’automne, même si ça grenouillait dans plusieurs esprits. Différents concours de circonstances appuient ce jaillissement. Mais c’est surtout un désir qui nous y pousse.

Désir, d’abord, de se rencontrer. Large milieu, celui de l’édition, mais pas uniquement : des gens du numérique, des vaillants qui piochent de façon indépendante, des créateurs, des universitaires. Milieu québécois, mais aussi nord-américain, européen — les affinités, voire les amitiés dépassent les frontières, et ça se transforme en collaborations transversales, qu’importent à priori les différences de législations, les spécificités culturelles. Plusieurs veulent simplement travailler, mieux comprendre, mieux tirer profit de nouvelles opportunités.

Désir ensuite d’élargir le cadre habituel de discussion. Les événements se sont multipliés dans les derniers mois (et ça ne s’arrêtera pas là!) pour discuter, encore et encore, du livre électronique. Mais en parler d’une façon bien spécifique, sous des angles très précis : cadres législatifs, possibilités technologiques et formats de fichiers, enjeux économiques. Nécessaires, ces événements, mais généralement on y tourne en rond.

Alors, pour contribuer au débroussaillage, deux paris.

Le premier pari : faire de cette journée la combinaison d’ateliers pratiques, d’échanges entre gens qui ont les mains dans le cambouis, de formations… ce qui répond aux besoins des gens qui s’y collent. Pas le lieu de flamboiement institutionnel, de guerres de clocher, d’énoncés de politiques.

Deuxième pari : définir autrement le cercle des participants. Trop souvent les technos sont-ils seuls à discuter.

En amont, il faut faire une place aux auteurs / créateurs, qui sont les premiers investisseurs du numérique. Quelle vision ont-ils des possibilités technologiques du livre numérique ? Quels bouleversements dans le rapport avec l’œuvre en élaboration ? Comment concevoir cette œuvre ouverte à réécriture, à expansion perpétuelle ?

En aval (ou de côté), le monde académique. Tout l’univers du discours savant, s’il est pris en compte dans la réflexion sur la révolution numérique, l’est généralement de façon isolée, comme si c’était un monde complètement à part. Les revues savantes, les monographies, les ouvrages collectifs, les actes de colloques sont également frappés par la vague numérique, et le discours savant est soumis à la pression d’une diffusion plus grande, plus large, plus accessible. D’où les initiatives de blogues scientifiques, de wikis académiques, de diffusion horizontale des résultats de recherche. Pourtant, les enjeux d’écriture et de références croisées, de stabilité des objets numériques, de diffusion sont à peu de choses près identiques à ceux de l’édition générale ; la déclinaison est certes spécifique, avec des classes d’usagers aux pratiques de lecture différentes, mais le modèle éditorial en amont, lui, est partagé.

*    *    *

La formule précise de l’événement, même si on a le cadre global en tête, reste à déterminer. Quelles sont vos attentes, vos besoins ? Vous avez des idées, des suggestions, des propositions d’ateliers ou de formations ? Laissez des traces : ici ou sur le blog de Clément, par courriel, sur Twitter (@remolino, @reneaudet), sur une plateforme de discussion consacrée à l’édition numérique… on recueille vos propositions, on sollicite à gauche et à droite, puis on vous revient avec un pré-programme dans quelques semaines.

Raccourci vers la présente page : //tiny.cc/fabrique

(image : mashup de Sean McTex, « At A Loss for Words », licence CC et Geeky Wrapping Paper sur ThinkGeek)

Share