Raphaël Baroni, La tension narrative. Suspense, curiosité et surprise

17895.gif Parution, si je ne me trompe pas, de la version remaniée de la thèse de Raphaël Baroni (qui a également publié plusieurs articles en lien avec cette question de la tension ? voir ici ou ici, ou encore ). Cette réflexion sur la tension était nécessaire, notamment en lien avec la notion d’intrigue, qui continue à susciter la perplexité chez les chercheurs (après Ricoeur et, plus récemment, Villeneuve) en dépit de son évidence dans le discours commun. Son approche, croisant sémiotique greimassienne, cognitivisme et linguistique, reste très près de la tradition théorique francophone du récit.

Raphaël Baroni, La tension narrative. Suspense, curiosité et surprise, Seuil, coll. « Poétique », 2007, 437 p.
(Isbn :2-02-090677-5 / Ean 13 : 9782020906777)

Description :

Suspendus aux lèvres d’un conteur, incapables d’interrompre la lecture d’un roman, captivés par un film haletant, nous faisons tous l’expérience quotidienne de ce plaisir apparemment paradoxal que nous tirons de notre insatisfaction provisoire face à un récit inachevé.

Bien qu’une mode esthétique et théorique ait tenté de nous convaincre que ce plaisir était honteux, on peut néanmoins avoir l’intuition que le c?ur vivant de la narrativité réside précisément dans ce n?ud coulant, toujours plus serré à mesure que nous progressons dans l’histoire, qui nous attache à l’intrigue et creuse la temporalité par l’attente impatiente d’un dénouement. Si le récit a quelque chose à voir avec la manière dont nous éprouvons le temps, cette expérience n’apparaît jamais avec autant d’éclat que dans le suspense, la curiosité ou la surprise qui font la force des intrigues fictionnelles.

La compréhension des fonctions narratives engage donc non seulement l’analyse littéraire, linguistique et sémiotique, mais aussi l’analyse cognitive et la psychologie des émotions.

(via Fabula)

Lire la suiteRaphaël Baroni, La tension narrative. Suspense, curiosité et surprise

Share

La narrativité contemporaine au Québec

2-7637-8062-8.jpg Voici un peu d’information sur ce nouvel ouvrage, que j’ai piloté dans les dernières années avec Andrée Mercier. Son objectif est de saisir les différents usages du récit dans la production littéraire contemporaine, à tout le moins au Québec. Notre hypothèse était la suivante : « délaisser les rapports simples entre genres nous conduit à mettre au jour une dynamique plus fondamentale, à voir comment le geste du raconter investit (à divers niveaux, sous diverses formes) l’ensemble des pratiques littéraires » (Introduction). Les articles que nous avons réunis dans cet ouvrage questionnent tous, différemment et complémentairement, la notion générale de la narrativité et envisagent quels sont ses usages et ses fonctions actuels, tant dans des pratiques où le discours narratif est attendu (roman, nouvelle) que dans des pratiques a priori non narratives (poésie, essai, recueil).

Référence :

René Audet et Andrée Mercier (dir.), La narrativité contemporaine au Québec. 1. La littérature et ses enjeux narratifs, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, 313 p. (ISBN: 2-7637-8062-8)

Quatrième de couverture :

Comment le geste de raconter prend-il forme dans les productions culturelles contemporaines au Québec ? Les études formant les volumes de ce diptyque, consacrées tant à la littérature qu’au théâtre, montrent comment le récit participe activement des oeuvres actuelles – dans leur construction, mais aussi comme objet d’une réflexion et d’une expérimentation continuelles.

Table des textes :

Lire la suiteLa narrativité contemporaine au Québec

Share

Le sens de l'intrigue

2-7637-8013-X.jpg

Johanne Villeneuve, Le sens de l?intrigue ou La narrativité, le jeu et l?invention du diable, Québec, Presses de l?Université Laval (coll. Intercultures), 2004, 448 p.
ISBN : 2-7637-8013-x

Résumé de l?éditeur :

Si plusieurs spécialistes de la littérature ont défini le rôle de l?intrigue dans le fonctionnement des récits, on ne s?était pas encore intéressé à comprendre la diversité des intrigues, la richesse de leurs occurrences dans la culture et ce que les récits en disent eux-mêmes lorsque, par exemple, des personnages de roman s?interrogent sur les motifs des intrigants. Ce livre propose pareille aventure en remontant à la source de la notion d?intrigue (intricare, intrigo) et en découvrant comment le goût pour les intrigues s?instaure travers l?histoire de la narrativité et ouvre-t-il un espace de jeu entre la communauté et l?autorité qui la fonde, entre le pouvoir temporel et l?autorité divine ? C?est dans le passage de la figure médiévale du diable aux mentalités de la conspiration que se déploie, dans un premier mouvement, le sens de l?intrigue. Mais c?est aussi à travers ses sources ludiques ? l?émergence d?un rire burlesque, le façonnement de l?individu moderne, la liberté de l?intrigant ?, ses paradoxes et ses apories que la narrativité se transforme à la faveur des intrigues. Des procédures de l?Inquisition médiévale aux réflexions historiographiques sur le temps, en passant par Aristote, la courtisanerie, De Foe, Dostoïevski, Stevenson, Sabato, Tex Aveny, Antonioni et Hitchcock, le sens de l?intrigue découvre son jeu.

Information relayée par Julien Desrochers, site Fabula.

Share

The One vs. the Many

j7622.gif

Nouvelle parution sur la place des personnages dans le roman : la piste suivie semble tout à fait originale, conjuguant la poétique du roman (et la théorie de la fiction ?) à des considérations fondamentalement narratives.

Alex Woloch, The One vs. the Many. Minor Characters and the Space of the Protagonist in the Novel, Princeton UP, 2003, 416 p. (ISBN: 0-691-11314-9)

The One vs. the Many develops a powerful new theory of
characterization, based on how narratives distribute limited
attention among a crowded field of characters. Moving beyond
the entrenched positions that have long framed inquiries
into this question, Woloch demonstrates how each
individual–whether the central figure or a radically
subordinated one–emerges as a character only through his or
her distinct and contingent space in the narrative as a
whole.

Share