Mythistory

0226502627.jpeg

Nouvelle parution qui peut alimenter la réflexion sur la compréhension du discours historique, perpendiculairement aux travaux d’un Hayden White : Mythistory: The Making of a Modern Historiography (présentation et référence sur le site de la University of Chicago Press).

Mali propose de joindre les notions souvent opposées de mythe et d’histoire : the task of modern historiography is to illuminate, not eliminate, historical myths by showing how they have passed into and shaped historical reality.

Exploration audacieuse, à ce que l’on peut voir, de cette frontière fragile entre fiction et discours factuel.

Share

Raconter, imaginer: repères de lecture dans un nouveau médium (le cas des blogs)

Amusant, l’engouement actuel pour l’étude des weblogs. Et foisonnant surtout: du gender à la littérarité, de la démographie des usagers à la fonction narrative. Deux documents croisés récemment m’incitent à revoir le lien entre les conventions fortement établies de certaines pratiques génériques (littéraires ou non) et le vague rendu possible par de nouveaux médias – ou par de nouveaux usages de médias connus.

? Un état des faits : Jill Walker soumet son article définissant le weblog (à paraître dans le Routledge Encyclopedia of Narrative Theory). Au menu: questions de temporalité, d’autorité, avec une extension sur les blogs narratifs.

? L’article The Labyrinth Unbound: Weblogs as Literature part d’un postulat: le blog n’est pas (plus?) qu’un simple support technologique, il constitue maintenant une pratique d’écriture en soi. Son but :

to highlight a non-binding, tentative set of shared elements encompassing aspects of voice, specific techniques of interpretation and understanding required on the part of readers, and unusual, even unique, opportunities offered to both reader and writer regardless of their specific content or tools.

Son hypothèse générale :

Despite frequent questions about whether online voices are « honest » or « real », and concerns about webloggers presenting themselves truthfully, the weblog remains a realm marked by collapses of fiction and non-fiction, storytelling and memoir, art and artifice.

À approfondir (fiction/non-fiction, narrativité, sérialité).

? ? ?

Addenda : un autre exemple (merci Clément) de cette attention scientifique au discours des blogs : une thèse en cours sur le « je » énonciatif des blogs (à partir d’un corpus lusophone).

Share

Fiction et diction: Genette rides again

Genette propose de raffiner son modèle théorique avancé dans Fiction et diction (Seuil, 1991). Ca reste à voir.

Source : A. Gefen, //www.fabula.org/actualites/article5912.php

« Fiction ou diction », un bref mais stimulant article de G. Genette dans Poétique (avril 2003/n°134), où le critique revient sur la désormais célèbre opposition établie dans Fiction et diction (1991), pour insister sur les horizons d’attente et les modes de lecture différents que suscitent fiction et diction, cette dernière invitant une attention particulière du lecteur à la forme (même si la littérarité par diction « n’évince pas » la littérarité par fiction et même s’il existe de nombreux textes de statut mixte, reconnaît G. Genette).

S’intéressant au statut de la critique, G. Genette défend alors l’idée que celle-ci, littérature de second degré, peut être lue comme esthétique par diction : la différence de statut entre commentaire et hypertexte ne fonde aucune distinction essentialiste entre critique et littérature. Puisqu’il est un génial « bricoleur » de restes, le critique peut être appelée « poète », au sens classique du terme, car il peut être apprécié comme tel. Assumant son relativisme esthétique, Gérard Genette réfute ainsi l’opposition barthésienne entre l’écrivant et l’écrivain, puisque le critère de l’intentionnalité auctoriale avancé par Barthes (pour lequel le texte littéraire ne saurait avoir de finalité communicationnelle) ne saurait fonder l’appréciation esthétique : l’attention du lecteur (collective ou individuelle) est le seul juge du statut du texte.

Share

Frontières de la fiction

frontieresfictions.gif

Un colloque en ligne a précédé la parution de l’ouvrage collectif Frontières de la fiction:

//www.fabula.org/forum/colloque99.php

Info supplémentaire sur le livre.

La confrontation des conceptions du terme de fiction (selon les approches, selon les périodes historiques) a été très stimulante. L’ouverture sur d’autres disciplines s’est toutefois limitée à l’anthropologie. Il faut faire davantage de ce côté (rencontre interdisciplinaire sur la notion de fiction?).

Share