La fabrique du numérique : un bilan

cercle

Un bilan, parce qu’il pourrait y en avoir d’autres — de moi, sous d’autres angles, mais surtout des bilans d’autres personnes. Ils commencent d’ailleurs à poindre, on les relaiera sur le site de la Fabrique.

Grosse journée, sans nul doute. Le sprint des jours précédents a été intense (en préparatifs, en fin de planification, en jeux de chaise musicale pour les participants). Près de 120 personnes ont manifesté leur intérêt pour l’événement, plusieurs ont dû se désister, mais malgré le temps pitoyable, avec toute l’équipe, nous étions 70. Belle masse critique pour assurer la diversité des propos, la rotation des participants aux ateliers, les rencontres imprévisibles et le recoupement des compétences.

Je n’ai pas envie d’un compte rendu ni d’une lecture structurée. Pour les propositions, le site les a partiellement relayées et d’autres traces suivront. Pour l’atmosphère, la vidéo de François et le montage photo de Clément témoignent bien du bouillonnement en place. Plutôt des observations, des constats…

L’événement était un pari, peut-être plus spécifiquement le mien, que j’avais un peu imposé à Éric et Clément. Pari basé sur une intuition, celle que la transformation des habitudes de « consommation » des produits numériques tend à rapprocher les besoins et contraintes des éditeurs généralistes/littéraires et ceux des éditeurs scientifiques. L’événement ne visait pas à en faire la démonstration, mais de faire l’épreuve des terrains à mettre en commun. Je n’ai pas été présent dans tous les ateliers, mais je suis porté à croire que la rencontre s’est passée généralement à un niveau où cette différence ne faisait pas obstacle. Pari gagné de ce point de vue.

Toutefois, ce sont les a priori, les environnements et les discours qui ont été l’occasion de provoquer les rencontres. Quelques étincelles, quelques déceptions, sûrement. Des variations immenses de distance par rapport aux objets concernés. Ici une perspective large, détachée de la valeur immédiate de chaque texte, de chaque œuvre, parce que la gestion d’ensemble exige de ne pas céder à la tentation de porter chaque cas comme une raison en soi suffisante de faire le métier. Là une perspective appliquée, rapprochée des cas (qui sont le quotidien et le pain des personnes impliquées), une perspective consciente des enjeux immenses à propos de l’existence sous telle forme de la pratique qui les habite depuis longtemps. Des formulations voulues larges (pour ne pas camper dans un clan ou dans l’autre) qui n’ont pas rejoint aussi efficacement les interlocuteurs. Peut-être des cas/exemples auraient-ils mieux porté, auraient-ils interpellé plus directement les gens.

La différence des milieux s’exprimait par l’opposition nette entre gestion et économie (même si les termes ne satisferont personne). Deux approches distinctes et difficiles à concilier, si l’on souhaite se laisser bercer par l’illusion, oui, qu’elles sont superposables. C’est comme croire que le bottin téléphonique recoupe parfaitement le geste d’appeler quelqu’un : bien sûr que non, puisqu’il y a question d’échelle, question d’implication, question de motivation. L’un n’est pas plus mal, n’est pas plus légitime que l’autre. Mais les deux sont nécessaires, dans des rapports au livre qui ne surviennent pas à la même étape, dans les mêmes lieux, selon les mêmes visées.

L’élément le plus bousculant, jusqu’à un certain point, était sûrement le retour de l’Université (majuscule à dessein) dans le monde réel… Autre pari de ma part. Ras-le-bol des images des tours d’ivoire, des pelleteux de nuage, des sabbatiqueux à siroter un rosé en Provence. Les points de contact sont patents, les intérêts sont partagés, les étudiants qui y sont formés sont les futurs auteurs et chercheurs qui publieront des ouvrages, ils sont les futurs employés des éditeurs et sûrement la relève éditoriale. Et l’Université n’est pas Une : les profils sont multiples (profs, gestionnaires, bibliothécaires, coordonnateurs scientifiques, étudiants…), les missions sont variées (je ne fais pas la liste pour chacun des profils de la parenthèse précédente, on imagine bien). C’est comme dire que toute personne qui écrit un mot est un écrivain. Ras-le-bol aussi de l’anti-intellectualisme, ras-le-bol de la césure (souvent incarnée géographiquement par les campus) entre l’université et la cité. On a fait quelques pas hier ; je compte bien continuer à marcher.

Dernière fracture : la définition de l’objet. Si on s’entend sur la réalité d’un texte/document/oeuvre numérique, la réalisation de cet objet couvre un empan immense. Numérisation rétrospective, version numérique d’un document qui a une existence papier, écriture numérique (écriture sur support technologique à visée de diffusion numérique), écriture hypermédiatique : le spectre est large, appelle des considérations spécifiques, couvre des zones critiques pour des raisons très différentes. S’il y a eu échec de la Fabrique, c’est de ne pas avoir géré cette pluralité, souvent responsable de mésententes ou d’incompréhension réciproque.

De l’ordre des étonnements, la désaffection totale pour la question des métadonnées. Silence radio, aucun intérêt : si on ne voit pas les œuvres que vous produisez sur une tablette de librairie ou de bibliothèque, puisqu’elles sont numériques, comment savez-vous qu’elles existent ? Comment la retrouverez-vous dans la mer numérique ? Il y a un travail de terrain à faire, pour sûr.

De l’ordre de la déception : le manque d’audace, le manque d’idéalisme, le manque de vision. C’était le lieu de se projeter en avant, de faire des scénarios fous, à faible coût. Les gens avaient certes besoin de se rassurer, de trouver des réponses à des problèmes concrets, de sentir qu’il y avait des partenaires potentiels ou des gens partageant leur quête de repères. Normal, justifié, bien sûr. Mais. Quand tout est à inventer, il faut savoir proposer, imposer notre vision. Sinon on le fera à notre place. Ce défi est encore à relever (il le sera toujours d’ailleurs), mais me paraît particulièrement important.

Enfin, plaisir de revoir les images : les premières photos en ligne, les vidéos de F et C, la pile de nappes pliées, là sur le coin de la table, qui attendent qu’on les déplie, qu’on les déploie, qu’on y trouve des traces des idées lancées naïvement / distributivement / collectivement / joyeusement… Sorte d’héritage pour le présent, pour le futur immédiat. Un patrimoine, déjà, à partager, à investir. Merci de votre générosité (et ce n’est pas un téléthon!).

Share

Fabrique du numérique : les thématiques martyres

flèche

La fabrique du numérique sera l’occasion de rassembler des gens d’horizons très divers, mais tous mus par le désir de participer à la construction du champ du livre numérique. Afin de rendre possibles ces rencontres et ces échanges, nous souhaitons orienter la journée vers le partage d’expériences de terrain et l’action, vers une réflexion sur le développement de l’édition numérique générale et scientifique. La mise en commun d’idées et de scénarios de collaboration sera ainsi au centre de la journée.

Des ateliers constitueront l’activité principale de la journée. Nous avons tenté de faire la synthèse de vos interrogations, en établissant des ponts entre édition générale et édition scientifique. Afin de valider les orientations de ces ateliers, nous plaçons les énoncés thématiques sur une page web ; nous vous invitons à commenter ces énoncés, qui sont des textes-martyres, à en proposer des recadrages ou précisions, à identifier des points aveugles dans ce panorama thématique. Votre participation est nécessaire pour faire en sorte que cette journée corresponde le mieux à vos besoins et à vos attentes !

=> //contemporain.info/fabrique2010

Share

Que font les médias à la littérature ?

2469849854_7338f24b39

Appel de comm pour un colloque étudiant portant sur les interactions entre médias et littérature, du 19e siècle à aujourd’hui (si ce n’est pas demain). Belle occasion pour les chercheurs-étudiants d’investir le champ de la culture numérique…

//www.crilcq.org/activites/contribution/litterature_et_medias.asp

(photo : « media map », myiube, licence CC)

Share

Diffuser les articles scientifiques en version numérique avant le papier ?

Hubert Guillaud fait écho à un coup de gueule d’Olivier Ertzscheid sur le tempo de la publication scientifique. Mais derrière la volonté d’un accès libre,  intégral et immédiat aux articles, quelle réalité contraint-elle les directions de revues ? Tentative, de ma part, de mettre en perspective, et surtout de se questionner sur les outils favorisant la diffusion rapide sans pénaliser l’équilibre économique fragile des revues savantes — voir les commentaires.

Share

L'obsolescence de la technologie

Article intéressant (pas tout à fait récent, encore que, relativement parlant…) d’Alexander Stille sur la durée de vie des technologies, notamment celles qui sont liées au stockage et à la diffusion de l’information. Forme de visite guidée d’un laboratoire consacré aux technologies obsolètes, au sein du Department of Special Media Preservation de National Archives (Washington). Quelques observations intéressantes en marge de l’évocation de dinosaures technologiques. D’abord sur le lien intime entre le support et l’information :

One of the great ironies of the information age is that, while the late twentieth century will undoubtedly have recorded more data than any other period in history, it will also almost certainly have lost more information than any previous era.

there appears to be a direct relationship between the newness of technology and its fragility. A librarian at Yale University, Paul Conway, has created a graph going back to ancient Mesopotamia that shows that while the quantity of information being saved has increased exponentially, the durability of media has decreased almost as dramatically.

Sur les conséquences d’une incapacité à composer avec cette obsolescence :

Because of the problems posed by reconstructing obsolete hardware and software, the Archives issued an order that government agencies were free to print out their email onto paper for permanent storage.

Après un exposé assez déroutant sur la masse documentaire générée par le gouvernement américain dans le dernier demi-siècle, Stille rapproche les problèmes de conservation du processus qui fait en sorte que certaines pièces de Sophocle nous soient parvenues (multiplication des copies et valorisation de certains textes par le public => attribution d’une valeur, reconnaissance implicite d’un canon). Il clôture son article par une référence à la Bibliothèque de Babel de Borges, sur le désespoir des bibliothécaires qu’il y dépeint…

La question de la préservation des contenus numériques est critique. Elle se définit néanmoins par des aspects variés : le vieillissement rapide des supports (durée de vie d’un CD vs d’une feuille de papier) et l’obsolescence des technologies elles-mêmes (question hardware) ; la consultation parfois rendue impossible en fonction de conditions difficiles à reproduire (voir l’exemple cité par Stille sur le désalignement des têtes de lecture d’un appareil) ; l’absence d’un sens de la continuité dans l’établissement des logiciels (la non-compatibilité des logiciels d’une génération à l’autre, voire d’une version à l’autre). En ce sens, des travaux sont en cours au NT2 pour tenter de préserver des expériences de navigation d’œuvres hypermédiatiques, à défaut de pouvoir assurer les conditions matérielles et logicielles pour assurer ad vitam æternam leur consultabilité.

Corollairement, il paraît intéressant de voir que Stille appelle le phénomène de la réduplication pour expliquer la survie de la littérature antique (en raison de la nature allographique des œuvres littéraires). C’est pourtant le dada actuel de tous les tenants de l’information numérique : c’est dans la diffusion (et donc dans la multiplication des copies) qu’on assurera la survie des données actuellement disponibles. Pourtant, le défi qui est le nôtre est l’adaptabilité de l’information à une évolution des plateformes logicielles. Quelle solution ? Viser la plus faible détermination logicielle des données ? (d’où l’archivage souvent prôné en .tiff, pour conserver la qualité du document, tabler sur le plus petit dénominateur commun des standards informatiques et diminuer les contraintes éventuelles à la lisibilité du document — comme c’est une image, l’interprétation est réduite au maximum, étant in fine confiée aux yeux du lecteur) Et comment composer avec l’enrichissement des données ? Le métacodage des documents (métadonnées XML) et leur inscription dans l’actuel mouvement de sémantisation des données (RDF, linked-data) seront-ils suffisants flexibles pour assurer la survie de ce travail gigantesque que nous sommes à réaliser ou à planifier ?

La sagesse de tout projet numérique résidera sans nul doute dans la capacité de prendre en charge, voire de prioriser la pérennité de son propre travail.

(photo : « Mac G4 Cube Fish Tank », smalldog)

Share