Le roman ludique. Échenoz, Toussaint, Chevillard

Bessard.jpg Nouvelle parution dans une collection très active en littérature française contemporaine (après Blanckeman et Vaugeois).

(via Fabula)

Olivier Bessard-Banquy, Le Roman ludique. Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, Eric Chevillard, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Perspectives », 2003. 288 p. 21 Euros.

L’avènement, au milieu des années 1980, d’un roman dit « impassible » a piqué l’attention de la critique qui a vu là l’émergence d’une littérature de l’ère du vide ? l’expression nouvelle d’une manière d’être au monde légère et désabusée. Apparu aux éditions de Minuit, ce mouvement, dont Echenoz et Toussaint sont les plus dignes représentants, a semblé à beaucoup dans la descendance directe du nouveau roman mâtiné d’un zest de formalisme ludique. Chevillard, souvent rapproché d’Echenoz et Toussaint pour sa prose désinvolte et grave, a connu dans le même temps la faveur d’une critique exigeante qui a vu chez lui le triomphe de l’ironie et de la subversion douce. Tous les trois ont en partage d’avoir incarné avec l’apparition de leurs premières ?uvres un renouveau narratif joueur et cyclothymique. Qu’en est-il vraiment de ce renouveau narratif résolument ludique ? Est-il réellement aussi léger qu’on a bien voulu le croire ? Quelles sont ses formes et ses expressions ? Que signifie-t-il ? Que dit-il du monde contemporain et de la place qu’y occupe la littérature ? C’est à toutes ces questions que ce travail espère proposer des éléments de réponse en faux contre les discours convenus sur la mort du roman et le règne de la frivolité.

? ? ?
Addenda : un compte rendu a été publié sur Acta fabula.
? ? ?

Table :

Lire la suiteLe roman ludique. Échenoz, Toussaint, Chevillard

Share

Les écrivains minimalistes

Colloque cet été à Cerisy sur « Les écrivains minimalistes » (21-31 juillet 2003).

DIRECTION : Marc DAMBRE, Gilles ERNST

ARGUMENT :

Eric Chevillard, Patrick Deville, Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, mais aussi Emmanuèle Bernheim, Christian Gailly, Eric Laurent, Hélène Lenoir, tels sont quelques-uns des écrivains dont l’?uvre est au centre de cette décade.

Leur succès auprès du public va croissant. Il est donc temps de s’interroger sur l’originalité d’un courant qui, venant après le Nouveau Roman, a réinventé la fiction et présente un nouveau type de personnage. Ce sont ces deux points qui seront essentiellement abordés soit pour un auteur, soit sur l’ensemble du mouvement.

Mais on traitera aussi d’autres sujets tout aussi importants : les filiations reconnues ou moins connues ; l’influence de la peinture ; la nouvelle narrativité ; les lieux du récit (architecture, décor urbain) ; la place insistante des objets du monde moderne ; l’humour et/ou l’ironie (la parodie, également) ; le discours ? tout autre ? sur l’érotisme et, plus généralement, sur l’amour ; la représentation de la modernité ; le rapport avec le public (analyse de la réception). Le tout débouchant, nécessairement, sur la question des rapports du minimalisme avec le monde actuel…

Programme et résumés réunis dans ce document, pour mémoire.

Share

Stratégies narratives 2. Le roman contemporain

Parution récente (via fabula.org) :

Stratégies narratives 2. Le Roman contemporainActes du Colloque de Gênes
Sous la direction de Rosa Galli Pellegrini
Schena Editore – Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003

Description :
Le panorama du roman français dans les dernières vingt-cinq années du siècle qui vient de s’écouler se présente comme une matière multiforme dont la critique ne saisit encore ni les contours précis, ni les points saillants. Ceci est plus que compréhensible puisque, étant trop proche de cette production littéraire, nous avons des difficultés à nous orienter, pour l’instant, dans ce que John Ruskin définit comme les « romans de maintenant » et ceux qui seront les romans de « toujours ». Ce volume recueille les enquêtes sur le roman de cette période faites par une équipe de jeunes chercheurs en littérature française des Universités de Gênes et de Cagliari.

Share