Envie d'aller voir ailleurs

ailleursEnvie de diversifier les interlocuteurs académiques, envie de discuter d’autres problématiques, envie de voir les enjeux sous un autre angle, envie de changer de langue (aïe)…

[période de réflexion]

Jeudi, je vais voir ailleurs. C’est le jour des Digital Humanities, lancé l’an dernier par Geoffrey Rockwell.

Une famille existe là, les liens sont d’un autre ordre, les connivences sont codées. Reste à voir si les cousins sont réellement sympathiques…

Share

2 réflexions au sujet de “Envie d'aller voir ailleurs”

  1. t’as le droit de partir si auparavant tu nous trouves une traducdigition pour « Digital Humanities » !

  2. Ouf, gros contrat… Et qu’est-ce qu’un nom? Il faudrait déjà s’entendre sur le concept…
    //tapor.ualberta.ca/taporwiki/index.php/How_do_you_define_Humanities_Computing_/_Digital_Humanities%3F

    Ça va de choses assez précises à des définitions comme: « Humanism and its universe, digitally -Guyda Armstrong, University of Manchester, UK », et couvre un champ qui se rend jusqu’au « domaines théoriques et ésotériques de la critique de jeux vidéos » (les jeux vidéos sont-ils de la littérature? il y a une histoire et souvent bien du texte…)

    Je suppose que la méthode empirique de regarder ce ces adeptes des « humanités » au mode numérique peuvent bien faire de leur journée peut aider à renseigner les néophytes 😉 et à faire converger vers une définition… ou diverger, tout dépendant!

Les commentaires sont fermés.