Plan – Le zine féministe : complémentarité de l’imprimé et du numérique

1. INTRODUCTION

  • 1.1 Présentation du zine. Définition : «zines are non-commercial, non-professional, small-circulation magazines which their creators produce, publish and distribute by themselves.» (Stephen Duncombe). Caractéristique notable : esthétique DIY. Variation au sein de la pratique rend toute tentative de définition difficile.
  • 1.2 Motivation des zinesters. Deux approches : « zine as biography » et « zine as resistance » (Michelle Kempson)
  • 1.3 Bref historique. Fanzine -» mouvement punk -» troisième vague du féminisme (Riot Grrrl) -» apparition webzine (Elke Zobl)
  • 1.4 Survie du zine imprimé. Continuité 1990, tradition féministe, toujours important pour les luttes féministes actuelles : dénonciation de la culture du viol (Smash It Up! par Montreal Sisterhood), affirmation de la sexualité féminine (Les plottes con-plottent par Les femmes ont faim). Regroupements féministes lancent leur zine, qui connaît parfois plusieurs numéros à la manière de magazines professionnels. 
  • 1.5 Problématique. Production de zines pas leur seule activité, contenus en ligne aussi. En 2018, à l’heure du cybermilitantisme (Divina Frau-Meigs), cela peut paraître anachronique de toujours utiliser le zine imprimé comme véhicule des revendications. Pourquoi ne pas produire un webzine, un blogue ?
  •  1.6 Hypothèse. C’est la complémentarité de l’imprimé et du numérique qui permet aux collectifs féministes d’illustrer les valeurs qu’ils défendent et de matérialiser leurs visées politiques.
  •  1.7 Division du travail. 
    • 1.7.1 Portrait du/des féminisme.s actuel.s.
    • 1.7.2 L’imprimé. Ce qu’il permet, nécessité du recours au numérique.
    • 1.7.3 Le numérique. Outil de promotion et d’accessibilité.
  • 1.8 Exemples/corpus. Trois collectifs montréalais : Les Panthères rouges, Les Dérailleuses, Filles missiles.

2. PORTRAIT DES FÉMINISMES ACTUELS : VALEURS ET ENJEUX

  • 2.1 Visée politique. Combattre le patriarcat. Transformation sociale. Prendre la parole. Livrer un message dans la sphère publique. Changer les représentations dans les médias. Réappropriation de l’image de la femme. « But, importantly, there are also a number of informal feminist collectives that use self-publishing alongside other activist strategies to make pressing issues public and to create social change in their communities. » (Zobl)
  • 2.2 Diversité. « On peut noter des inflexions qui méritent réflexion et dont le dénominateur commun semble résider dans l’idée de diversité : diversité des acteurs (mixité), diversité des enjeux (intersectionnalité), diversité des stratégies. » (Diane Lamoureux)
  • 2.3 La question de l’accès. Fracture numérique. Inclusion. « Parmi les enjeux importants de la troisième vague, on compte l’accès égal à l’Internet, à la technologie et aux tic […] » (Baumgardner et Richards, cités par Diane Lamoureux)
  • 2.4 Illustration avec le corpus. Désir de rejoindre un public large et diversifié : mots de présentation zine/page Facebook, appels à contribution, langues utilisées, support imprimé. 

3. L’IMPRIMÉ

  • 3.1 Zines vs blogues.  
    • 3.1.1 Accessibilité et inclusion de l’imprimé : « Although the Internet has made zine production and distribution easier and cheaper, many acknowledge the digital divide and therefore continue to produce paper zines (also out of appreciation for the physical quality of paper). » (Zobl) Alors que blogue : « Pour s’approprier les cybertechnologies, il faut du matériel, des ressources, mais également un certain niveau d’éducation. » (Veronica Gomes)
    • 3.1.2 Blogue doit être régulièrement alimenté, pression de produire du contenu vs zine comme complément aux activités, produit en parallèle par les trois collectifs montréalais
    • 3.1.3 Enjeu de pérennisation des contenus en ligne. Blogue vers livre imprimé : Je suis féministe.
    • 3.1.4 Visibilité de l’imprimé dans l’espace public. « Le manque d’attention accordée aux nouvelles pratiques de ces jeunes femmes les exclut ainsi des débats sur le futur du féminisme, puisqu’on ne semble pas voir leur contribution au féminisme contemporain. » (Veronica Gomes)
  • 3.2 Visée politique : changer les représentations dans les médias (devoir de rivaliser)
    • 3.2.1  Lutte sur un même terrain. « Zines continue to be important in the lives of young women because they act as a form of resistance to dominant messages about how a girl is supposed to define herself. » vs magazines féminins (Melanie A. Ferris) Doivent assurer une présence matérielle pour proposer alternative.
    • 3.2.2 Esthétique. Recherche autorité/légitimité, passe par une esthétique «professionnelle» : « many new zines blending high production value with feminist ideologies, with an aim to fill the vapid void women’s publishing had become.» (Ione Gamble) « Mainstreaming trend », « But while zine producers attempt to resist the trend towards mainstreaming their publications and try to preserve zine culture, they are restricting their reach and limiting the amount of change they can provoke in the population at large. » (Brandi Leigh-Ann Bell)
    • 3.2.3 Exemple : Guédailles, Filles missiles et Londonderry
    • 3.2.4 Terminologie utilisée pour se définir: Zine, magazine, livre (lancement/lecture). Division difficile à définir. « The indies are producer-owned and made, occupying a zone of small-scale creative commercial publishing between DIY zines and mainstream niche consumer magazines. They are made for sale, they may occasionally make money, and a few eventually develop into commercially successful enterprises, but profit seems not to be the initial or primary aim. » (Megan Le Masurier)
    • 3.2.5 Le cas de Bust et Bitch. Passage de grrrl zines à magazines féministes indépendants.
  • 3.3 Paradoxe. 
    • 3.3.1 Traditionnellement, le zine circule en réseau restreint. Réduit la portée du message: « like it or not, most people’s access to culture and media is limited to mainstream channels » (Duncombe)
    • 3.3.2 Grrrl zines produits par et pour jeunes femmes blanches issues de la classe moyenne, éduquées, etc. : « thousands of young women—mostly middle- and upper-middle class or college-educated white women in their late teens and early twenties— began to produce explicitly feminist zines. Often, these zines lacked a reflection on white privilege and continued the hegemonic narrative. » (Zobl)
    • 3.3.3 Alors que : « L’un des aspects qui distinguent le féminisme aujourd’hui, c’est justement la volonté d’élargir le cercle, de ne pas s’adresser uniquement aux ‘femmes blanches de classe moyenne’.» (Francine Pelletier)
    • 3.3.4 Conscience des créatrices de ce paradoxe.
  • 3.4 Élargissement du réseau. Se fait par le numérique. 

4. LE NUMÉRIQUE 

  • 4.1 Outil de promotion. Réseaux sociaux. « Publicity is a task for the social network, through word-of-mouth, Facebook, myspace, Twitter, and via enthusiast/fan commentary from readers on blogs. The indies also publicize each other in their own magazine pages and on their websites. » (Megan Le Masurier)
  • 4.2 Favoriser la distribution. 
    • 4.2.1 Boutique en ligne : Ebay (Les Dérailleuses), Etsy (Filles missiles et Les Panthères rouges), site web. Disponible seulement dans établissements spécialisés, grandes villes, boutiques en ligne augmente sa circulation.
    • 4.2.2 Catalogue virtuel. Certains sites recensent les zines et webzines disponibles selon leur sujet : grrrlzines.net, Remuer notre merde (d’autres à venir). « In fact, finding out about zines in general has also been affected by the Internet. There are discussion groups such as alt.zines, websites […] with links to zine publishers online, and search engines through which one can locate information about zines ». (Frederick A. Wright) Culture du zine plus accessible à tous : «Online marketing, distribution and social networking have allowed the indies to develop what could be called a ‘global niche’ of readers whose specialized interests are not limited by location but connect horizontally across national borders. » (Megan Le Masurier)
  • 4.3 Imprimé et numérique inséparables.  
    • 4.3.1 L’imprimé renvoie sans cesse au numérique : site web et comptes réseaux sociaux apparaissent  sur le zine, hashtag de Filles missiles, invitation à visiter boutique en ligne, etc.
    • 4.3.2 Le numérique renvoie sans cesse à l’imprimé : événements Facebook pour travailler sur la confection matériel de zines (atelier de reliure des Dérailleuses), activités de lancement du zine, etc.

5. CONCLUSION

  • 5.1 Confirmation hypothèse. Même conclusion pour le zine que Le Masurier au sujet des magazines indépendants : « Increasing popular usage of the internet during the later 1990s, and especially the interactive potential of Web 2.0 in recent years, has also facilitated – paradoxically perhaps – the production, marketing and distribution of printed independent magazines » et donc de leur message/valeur/objectif
  • 5.2 Le zine, une étape seulement. Volonté de ces collectifs de dépasser le stade du zine qui apparaît alors comme un terrain d’essai. DIY (do it yourself) -» DIWO (do it with others)
  • 5.3 Popularité du médium. C’est le médium lui-même qui se fait connaître à travers cette diffusion accrue («How to make a zine», mention dans les journaux, expositions, festivals, Kanye West).

 

OUVRAGES, MAGAZINES ET ZINES MENTIONNÉS

  • Bitch par Bitch Media.
  • BUST magazine par Debbie Stoller et Laurie Henzel.
  • Les Dérailleuses, Londonderry, vol. 1-2, 2015-2017.
  • Filles Missiles, Gérer le vide, été 2018.
  • Les Panthères rouges, Guédailles, vol.1-2, 2016-2017.
  • Marianne Prairie et Caroline Roy-Blais [dir.], Je suis féministe, le livre, Montréal, Éditions du remue-ménage, 2016, 204 p.

BIBLIOGRAPHIE ENVISAGÉE

  • BELL, Brandi Leigh-Ann, « Women-produced zines moving into the mainstream », dans Canadien Woman Studies/Les cahiers de la femme, vol. XX/XXI, n°4, p. 56-60, [en ligne].https://cws.journals.yorku.ca/index.php/cws/article/view/6907/6091
  • DUNCOMBE, Stephen, Notes from underground : zines and the politics of alternative culture, New York, Verso, 1997, 240 p.
  • FERRIS, Melanie A., « Resisting mainstream media. Girls and the act of making zines », dans Canadien Woman Studies/Les cahiers de la femme, vol. XX/XXI, n°4, p. 51-56. [en ligne] https://cws.journals.yorku.ca/index.php/cws/article/view/6906/6090
  • FRAU-MEIGS, Divina, « Les armes numériques de la nouvelle vague féministe », dans The Conversation, [en ligne]. https://theconversation.com/les-armes-numeriques-de-la-nouvelle-vague-feministe-91512
  • FREEDMAN, Jenna, « Zines Are Not Blogs : A Not Unbiased Analysis », dans Counterpoise, vol. IX, n°3 (2005), [en ligne]. https://academiccommons.columbia.edu/doi/10.7916/D81N89N5. 
  • GOMES, Veronica, « Exploration du féminisme en ligne. Le cas du blogue québécois Je suis féministe », mémoire de maîtrise en sociologie, Montréal, Université du Québec à Montréal, 2016, 127 f, [en ligne]. https://archipel.uqam.ca/8591/1/M14234.pdf
  • KEMPSON, Michelle, « ‘My Version of Feminism’: Subjectivity, DIY and the Feminist Zine », dans Social Movement Studies, vol. XIV, n°4 (2015), p. 459-472. 
  • LAMOUREUX, Diane, « Y a-t-il une troisième vague féministe ? », dans Cahiers du genre, n°3 (2006), p. 57-74, [en ligne]. https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2006-3-page-57.htm
  • LE MASURIER, Megan,  « Independent magazines and the rejuvenation of print », dans International Journal of Cultural Studies, vol. XV, n°4 (2012), p. 383-398. 
  • PAGÉ, Geneviève, « L’art de conquérir le contrepublic : les zines féministes, une voie/x subalterne et politique? », dans Recherches féministes, vol. XXVII, n°2 (2014), p. 191-215.
  • PELLETIER, Francine, Second début. Cendres et renaissance du féminisme, Montréal, Atelier 10 (coll. « Documents »), 2015, 82 p. 
  • PIEPMEIER, Allison, Girl zines : making media, doing feminism, New York, NYU Press, 2009, 264 p.
  • WRIGHT, Frederick A., « From zines to ezines : electronic publishing and the literary underground », thèse de doctorat en philosophie, Kent, Kent State University, 2001, 382 f, [en ligne]. http://www.zinebook.com/resource/wrightdissertation.pdf
  • ZOBL, Elke, « Cultural Production, Transnational Networking, and Critical Reflection in Feminist Zines », dans Signs, vol. XXXV, n°1 (automne 2009), p. 1-12.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut