Carnet de recherche Tom 1er août 2017

La base de données a été enfin montrée lors de la réunion d’hier (31 juillet). C’était l’occasion de collecter les retours sur un grand nombre d’éléments et de discuter des avis en envies de chacun des membres de l’équipe. J’ai pu voir se concrétiser les remarques et le travail accompli avec Dave au cours des précédentes semaines. J’ai été content de pouvoir communiquer avec lui de manière régulière au travers de ma présence sur le lieu de travail, et ainsi de tester ses idées, obtenir et fournir des conseils quant à la meilleure mise en place possible de la plateforme. Ce travail va continuer grandement dans les jours à venir, puisque le processus se veut bien sûr itératif.

The John Hopkins Guide to Digital Media

Je continue également de travailler sur la recherche du projet, en me penchant particulièrement sur l’ouvrage collectif The John Hopkins Guide to Digital Media. La source, pointée par René Audet au tout début de mon arrivée sur le projet, est extrêmement pertinente pour découvrir les « médias digitaux » dans leur ensemble, ainsi que la pluralité de notions parfois conflictuelles qui les composent. Le travail est assez plaisant dans sa dimension intellectuelle, puisqu’il permet de circonscrire chaque jour de mieux en mieux la recherche sur le projet. Il s’agit pour moi de décortiquer le raisonnement produit et d’en faire à chaque fois un compte rendu synthétique et pertinent pour le projet. Ce travail de recherche est certainement le plus chronophage de tous, mais il est encore une fois extrêmement agréable et varié. Il en va de même pour les autres ouvrages et articles que j’ai pu trouver jusqu’ici, et pour lesquels j’ai essayé de fournir le meilleur aperçu possible pour René Audet et Renée Bourassa, afin de les aider dans leur recherche.

Je compte à ce sujet m’intéresser de plus en plus à la question de l’expérientialité. Après un tour de presque huit mois sur les différents aspects du projet, je m’aperçois en effet combien cette notion est fondamentale pour arrimer les composantes de littérature et de design en contexte numérique. C’est également la notion qui bénéficie du moins de recherche actuelle, ce qui rend le projet de René Audet et Renée Bourassa d’autant plus pertinent. Comme me l’avait mentionné René Audet, la question de l’expérientialité n’est pas tant axée sur l’aspect cognitif de la lecture (aspect souvent déjà traité par la recherche, par exemple en matière de sciences cognitives), mais plus sur l’objet textuel en tant que tel. Au grès de mes lectures, j’ai pu me former une idée sur la distinction entre l’approche ontologique et l’approche cognitive. Cette citation tirée d’un ouvrage d’Umberto Eco en fait un très bon résumé :

« La théorie de l’objet ne s’occupe pas de savoir comment nous saisissons cognitivement les objets qui n’existent pas. À vrai dire, elle se concentre sur les objets dans leur absolue généralité et indépendamment de la façon possible dont ils sont des données. »

Voir BARBERO, Carola, Madame Bovary : Something Like a Melody, Milan, Albo Versorio, p. 65, cité par ECO, Umberto, Confessions d’un jeune romancier, Paris, Grasset, p. 90.

J’ai également bien entamé mon travail d’entrées de fiches sur la base de données. Ce travail est l’occasion d’un premier retour auprès de Dave concernant les fonctionnalités et les besoins que l’on pourrait avoir. Quelques bogues minimes ont vite été réglés ou le seront très prochainement. Rentrer les fiches est l’occasion de voir se concrétiser tout le travail accompli depuis les dernières semaines, ce qui a été un vrai travail de fond de la part de Dave et auquel j’ai été très heureux de pouvoir contribuer. L’été a réellement été mis à profit et la réunion du 31 a permis d’en prendre la pleine mesure. Je m’occupe donc d’améliorer au mieux le canevas nécessaire aux fiches d’ouvrages et d’articles théoriques. Le travail avance bien, et les prochaines semaines seront surtout consacrés à la mise en place du carnet, ainsi qu’à la compilation des fiches sur la base de données.


BARBERO, Carola, Madame Bovary : Something Like a Melody, Milan, Albo Versorio, p. 65, cité par ECO, Umberto, Confessions d’un jeune romancier, Paris, Grasset, p. 90.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *