Raphaël Baroni, La tension narrative. Suspense, curiosité et surprise

René Audet, 20 mars 2007

17895.gif Parution, si je ne me trompe pas, de la version remaniée de la thèse de Raphaël Baroni (qui a également publié plusieurs articles en lien avec cette question de la tension ? voir ici ou ici, ou encore ). Cette réflexion sur la tension était nécessaire, notamment en lien avec la notion d’intrigue, qui continue à susciter la perplexité chez les chercheurs (après Ricoeur et, plus récemment, Villeneuve) en dépit de son évidence dans le discours commun. Son approche, croisant sémiotique greimassienne, cognitivisme et linguistique, reste très près de la tradition théorique francophone du récit.

Raphaël Baroni, La tension narrative. Suspense, curiosité et surprise, Seuil, coll. « Poétique », 2007, 437 p.
(Isbn :2-02-090677-5 / Ean 13 : 9782020906777)

Description :

Suspendus aux lèvres d’un conteur, incapables d’interrompre la lecture d’un roman, captivés par un film haletant, nous faisons tous l’expérience quotidienne de ce plaisir apparemment paradoxal que nous tirons de notre insatisfaction provisoire face à un récit inachevé.

Bien qu’une mode esthétique et théorique ait tenté de nous convaincre que ce plaisir était honteux, on peut néanmoins avoir l’intuition que le c?ur vivant de la narrativité réside précisément dans ce n?ud coulant, toujours plus serré à mesure que nous progressons dans l’histoire, qui nous attache à l’intrigue et creuse la temporalité par l’attente impatiente d’un dénouement. Si le récit a quelque chose à voir avec la manière dont nous éprouvons le temps, cette expérience n’apparaît jamais avec autant d’éclat que dans le suspense, la curiosité ou la surprise qui font la force des intrigues fictionnelles.

La compréhension des fonctions narratives engage donc non seulement l’analyse littéraire, linguistique et sémiotique, mais aussi l’analyse cognitive et la psychologie des émotions.

(via Fabula)


SOMMAIRE

TENSION NARRATIVE ET MISE EN INTRIGUE
Une définition  » étroite  » de l’intrigue
La séquence, segment existentiel ou structure discursive ?
L’intrigue configurée par la tension narrative

COMPETENCES  » ENDO-NARRATIVES  » ET TRANSTEXTUALITE
Préjugés, sémantique de l’action et transtextualité
Les compétences  » endo-narratives  » de l’interprète
Le contexte transtextuel des récits

FONCTIONS THYMIQUES DU RECIT
Le paradigme de la tension narrative
Curiosité
Suspense
Rappel et  » suspense paradoxal  »
Surprise

ANALYSES EMPIRIQUES
Un cas de teasing publicitaire
Suspense et bande dessinée
Cinéma et  » pyramide dramatique  »
Un conte tronqué
Meurtre en série chez Borges
Bilan des analyses empiriques

FacebookPartager/Marquer

Catégorie : Théorie de la narrativité | Commentaires fermés

Il n'est plus possible de laisser un commentaire en lien avec cet article.